Un trait d'union entre passé, présent et futur

Un Écomusée... un territoire.. une histoire.

Implanté sur le site de la Ferme-Château de Treignes, imposante bâtisse datant pour sa partie la plus ancienne du XVIe siècle, l'Écomusée du Viroin propose à ses visiteurs et usagers de (re)découvrir le patrimoine rural de l'Entre-Sambre-et-Meuse et, par ce biais, le passé de notre société et ses mutations du XVIIIe au XXe siècle. Le musée se veut une illustration du savoir-faire technologique des communautés villageoises, mais également un miroir des évolutions culturelles et sociales qui ont traversé la région de l'Entre-Sambre-et-Meuse depuis deux siècles. Au travers de recherches scientifiques, de la valorisation d'une vaste collection (outils, mobiliers, machines agricoles, affiches...), d'événements, d'animations pédagogiques, c'est tout un savoir et toute une histoire qui se transmettent et se partagent. Ancré dans son temps, l'Écomusée du Viroin oeuvre également à valoriser les réflexions actuelles sur la ruralité et sur la notion de développement durable.  

Rue Eugène Defraire 63 5670 Treignes


Les événements à venir
 

Mercredi 8 mai 2019

Atelier 

Cuisine miniature

Dernier dimanche

du mois


Démonstration de fabrication de sabots

02/12/2018 - 17/11/2019

Exposition temporaire

La Cuisine ? Un jeu d'Enfant!

 15/04/19
Atelier
Dans l'univers des lavandières

 

01/08/2019 - 03/08/2019

Stage 

Feu&Fer 2019

 

Réserver son ticket en ligne
Avec simplicité et en toute sécurité


Appel au don & témoignage

Pour nos animations vivantes et participatives qui se dérouleront à partir du lundi 8 avril 2019, nous recherchons des objets liés au thème des lavandières : bassines en zinc, petites brosses à main, vêtements des lavandières, photos anciennes, anecdotes, témoignages oraux….


MERCI de bien vouloir prendre contact via


+32 (0)60 39 96 24

[email protected]

 


L'Objet du mois

La lessive

 

La lessive nécessitait toute une série d’opérations. Après avoir trempé une première fois, le linge était bouilli dans un cabouloir, gros chaudron en fonte ou en cuivre. Avant 1914, l’agent lavant était le plus souvent un sachet de cendre de bois, remplacé ensuite par le savon de Marseille. Après avoir bouilli, le linge était frotté et battu à la main au lavoir. Les lavandières s’agenouillaient pour cela dans un petit bac en bois qu'elles transportaient sur leur hotte.

Par ses diverses fonctions, le lavoir était un lieu de rencontre quotidien où s’échangeaient tous les potins du village. Le soir, les amoureux pouvaient s’y retrouver à l’abri des regards.


 
 

Ils nous soutiennent...