Un trait d'union entre passé, présent et futur

Un Écomusée... un territoire.. une histoire.

Implanté sur le site de la Ferme-Château de Treignes, imposante bâtisse datant pour sa partie la plus ancienne du XVIe siècle, l'Écomusée du Viroin propose à ses visiteurs et usagers de (re)découvrir le patrimoine rural de l'Entre-Sambre-et-Meuse et, par ce biais, le passé de notre société et ses mutations du XVIIIe au XXe siècle. Le musée se veut une illustration du savoir-faire technologique des communautés villageoises, mais également un miroir des évolutions culturelles et sociales qui ont traversé la région de l'Entre-Sambre-et-Meuse depuis deux siècles. Au travers de recherches scientifiques, de la valorisation d'une vaste collection (outils, mobiliers, machines agricoles, affiches...), d'événements, d'animations pédagogiques, c'est tout un savoir et toute une histoire qui se transmettent et se partagent. Ancré dans son temps, l'Écomusée du Viroin oeuvre également à valoriser les réflexions actuelles sur la ruralité et sur la notion de développement durable.  

Rue Eugène Defraire 63 5670 Treignes

Les événements à venir 

Dernier dimanche 

du mois


Démonstration de fabrication de sabots

02/12/2018 - 17/11/2019

La Cuisine ?
 Un jeu d'Enfant !

Mercredi 06/02/2019


Atelier cuisine miniature "Spécial Chandeleur"

Réserver son ticket en ligne
Avec simplicité et en toute sécurité

L'Objet du mois

Le cordonnier

A la campagne, le métier de cordonnier commence à se répandre à la fin du XIXe siècle ; il remplace progressivement celui de sabotier. Bien que travaillant également le cuir, il utilise des outils sensiblement différents de ceux du bourrelier.
Le mobilier de l'atelier du cordonnier se réduit à une table basse sur laquelle sont disposés les outils et une sorte d'enclume en forme de pied, montée sur un col-de-cygne sur laquelle l'artisan assemble et cloue les différentes pièces de cuir.
Depuis de nombreuses années, la quasi-totalité de nos chaussures sont fabriquées industriellement, sur des chaînes de montages largement automatisées. Mais, pour les réparations, on trouve heureusement encore quelques cordonniers de talent. Pour combien de temps encore ?



Ils nous soutiennent