L'objet du mois de juin 2021 : le sabot de braconnier ou de contrebandier



Pierre Cattelain, conservateur de l'Écomusée du Viroin


Monsieur Claude Simon, sabotier à Camors (Morbihan - France) nous a offert pour Noël une paire de sabots "de braconnier" ou "de contrebandier". Ils se caractérisent par une semelle inversée par rapport au sabot : le talon se trouve en dessous de la pointe, et l'avant de la semelle en dessous de l'arrière de la semelle découverte. Ainsi, le braconnier ou le contrebandier laisse des empreintes qui vont dans la direction opposée à sa marche, de manière à tromper gardes-forestiers, gendarmes et douaniers

Cet objet est un "classique" des musées du sabot ainsi que ceux de la chaussure, mais, si l'on en croit Claude Simon, leur utilisation tient plutôt de la légende. D'une manière ou d'une autre, sur un trajet, il faut aller et revenir et il faudrait donc disposer de deux paires de sabots, l'une normale, l'autre inversée pour perturber un éventuel pisteur. De plus, c'est totalement inefficace sur les sols durs, rocailleux ou secs. Cela ne fonctionne que sur le sable humide ou dans la boue.



Claude Simon a donc fabriqué pour l'Écomusée une paire de sabots de braconnier de fantaisie, ornementés de gravures humoristiques réalisées par son frère Michel dans les ateliers du Sabot camorien.

Le sabots de braconnier ou de contrebandier présenté par Pierre Cattelain, conservateur de l'Écomusée du Viroin

L'objet du mois de mai 2021 : la cuisinière miniature à dossier à cheminée latérale - 1986

VOIR ARTICLE

L’objet du mois de février 2021 : le poêle


VOIR ARTICLE

L’objet du mois de janvier 2021 : le pelwé (le peloir) à écorcer le chêne

VOIR ARTICLE

0