L'Objet du Mois


L'objet du mois de juin 2021 : le sabot de braconnier ou de contrebandier

14 juin 2021

Pierre Cattelain, conservateur de l'Écomusée du Viroin

Monsieur Claude Simon, sabotier à Camors (Morbihan - France) nous a offert pour Noël une paire de sabots "de braconnier" ou "de contrebandier". Ils se caractérisent par une semelle inversée par rapport au sabot : le talon se trouve en dessous de la pointe, et l'avant de la semelle en dessous de l'arrière de la semelle découverte. 

VOIR ARTICLE

L'objet du mois de mai 2021 : la cuisinière miniature à dossier à cheminée latérale - 1986

14 mai 2021

Cuisinière en tôle emboutie émaillée blanche. Plaque de cuisson noire à un emplacement réel et deux emplacements factices, marqués de cercles concentriques dorés, et une chaudière noire à robinet en plastique doré, partiellement intégrée.

VOIR ARTICLE

L’objet du mois d’avril 2021 : la chaussure orthopédique

14 avril 2021

Viviane Lemaire, animatrice à l’Écomusée du Viroin, nous fait (re)découvrir un objet assez particulier qui se trouve dans nos collections depuis les années 1990. Bon visionnement !

VOIR ARTICLE

L'objet du mois de mars 2021 : l'enclume

15 mars 2021

Une enclume est une masse de fer aciéré présentant différentes formes, sur laquelle on forge et martèle le métal, à chaud ou à froid. L’enclume 01514 (fig. 1), pesant plusieurs dizaines de kilos, est placée sur un billot de bois (la chabotte) qui la porte à hauteur de travail et assure l’élasticité nécessaire à la frappe sur le métal. ( ... )

VOIR ARTICLE 

L’objet du mois de février 2021 – le poêle

15 février 2021

Après le déclin de la sidérurgie au charbon de bois, la région couvinoise a connu pendant la seconde moitié du XIXe siècle une deuxième période de prospérité économique avec les fonderies de fer de seconde fusion et la fabrication d’appareils de chauffage. ( ... )

VOIR ARTICLE 

L’objet du mois de janvier 2021 – le pelwé (le peloir) à écorcer le chêne

15 février 2021

À la montée de la sève au printemps, on allait "peler" les chênes destinés à l'abattage pour retirer l'écorce, le tan, qui était livré à la tannerie de Dourbes qui l'utilisait pour tanner le cuir.

VOIR ARTICLE 

L’objet du mois de décembre 2020 – la planeuse

(la façonneuse) 

La façonneuse comprend deux axes horizontaux et parallèles tournant lentement à la même vitesse. Le modèle et les quartiers sont fixés avec des axes de serrage. Le modèle se place à droite. À l’aide de pouliers, la lame du dessus tourne très rapidement, entamant les blocs du talon vers la pointe. Les sabots gauche et droit sont façonnés dans une même opération. 

La façonneuse Baudin de l’Écomusée du Viroin, datée de + ou – 1925, est toujours fonctionnelle et provient de la saboterie de Maurice Delabie à Hennuyères (Braine-le-Comte, Hainaut, Belgique). Vous pouvez la découvrir en marche tous les derniers dimanches du mois (hors événement), lors d’une démonstration de fabrication de sabots.

La prochaine date à retenir c’est le 27 décembre 2020, à 16h. 

Réservez votre place ici : https://bit.ly/3oMl1xU

L'objet du mois Novembre 2020 -

La fabrication du beurre

- L’Écrémage

Traditionnellement, pour l’écrémage du lait, on laissait se reposer dans un endroit frais pendant plusieurs dizaines d’heures dans des cuvettes en terre vernissée appelées telles. Les particules de matière grasse plus légères (densité comprise entre 0,94 et 0,95) montrent progressivement à la surface. En fin d’opération, elles forment une couche d’opaque et jaunâtre, la crème. Un bec verseur facilitait le versage du lait écrémé, ou petit lait, qui se trouvait au fond du récipient.

L'objet du mois Octobre 2020 - La fourche à betteraves

On se sert de fourches à deux fortes dents montées sur un petit manche terminé par une poignée transversale. D’une main, l’ouvrier pique sa fourche en terre verticalement contre une betterave, puis il abaisse le manche vers la terre pour soulever la betterave prise entre les dents, il saisit les feuilles de l’autre main, pour aider au déterrage. 

La betterave sortie est secouée énergiquement pour être débarrassée perpendiculairement à la ligne, de manière à être placée le plus régulièrement possible dans un alignement. Un aide muni d’un couteau passe ensuite en sectionnant les betteraves au-dessous du collet, opération appelée décolletage. Un second aise rassemble ces betteraves en tas pour faciliter leur chargement ultérieur.

L'objet du mois Septembre 2020 - La faux armée 

La faux armée également appelée faux à javellier, à doigts, à pleyon, à râtelier, ou faux montée. À la fin du XVIIIe siècle, pour faciliter la dépose au sol des gerbes d’herbes ou des javelles de céréales, les agriculteurs ont l’idée de fixer sur le manche une armature légère de bois et/ou de fil de fer, plus ou moins réglable. Si les tiges sont hautes (seigle et blé), on fauche en dedans : les céréales sont à gauche, pointe vers elles. Les tiges sont tranchées de droite à gauche, en appuyant les chaumes coupés contre ceux qui ne le sont pas. L’ouvrier doit être accompagné d’une faucilleuse, qui ramasse les tiges pour en faire des javelles. Pour faucher en dehors, le moissonneur laisse à sa droite les céréales encore debout et à chaque coup de faux, dépose sur le sol sa récolte. Il n’a alors pas besoin de faucilleuse. 

0